La vie des Guillis

Gateau coffre aux trésors

Partager sur Facebook

gateau tresor

Partager sur Facebook

Il y a des jours, tu ne sais pas pourquoi mais rien ne se passe comme prévu. Dans mon article précédent, je désignais le gâteau en forme de coffre aux trésors comme étant un gâteau simple à réaliser et visuellement qui ouvre l’imaginaire des enfants vers de nombreuses aventures gustatives. Et pourtant, et pourtant…

Bon ! Je vous fais grâce des circonstances mais j’ai dû préparer LE gâteau à vitesse grand V pour pouvoir répondre à un changement de planning de dernière minute. Le tout en donnant l’illusion que je préparais uniquement le repas.

Bref, je me lance dans la bonne vieille recette du gâteau au yaourt améliorée, celle que tu maîtrises, normalement ! Je sors un moule à quatre-quart pour obtenir une création rectangulaire et là, je me retrouve avec une forme très créative et je me dis qu’il va falloir pas mal de boulot pour maintenir le cap sur le thème que j’ai choisi. Mais c’est jouable !

Sauf que pour optimiser un décor, il vaut mieux un gâteau bien refroidi. Le mien était encore chaud. Conséquences : un décor en chocolat qui coule et des bonbons qui fondent. Allez, je tente le tout pour le tout : je rajoute de belles fraises et de belles framboises pour détourner l’attention du coffre tout cabossé. Visuellement, c’est mieux et je suis au max de ma performance dans le contexte présent.

Je recherche quand même un peu de soutien moral auprès de papa guili qui me dit « Ne t’en fais pas, quand il sera fini, il ne sera pas mal ! » Grrrrr… IL EST FINI. Je reprends mon souffle. Il faut rester zen !

Finalement, je plante 5 bougies, je pousse la chansonnette et j’observe mon guili… Contre toute attente, il a la mine réjouie et le sourire jusqu’aux oreilles. « Wouah ! Maman, il est trop beau, je vais me régaler ! »

Ouf ! La pression retombe, le combo bonbon-fraise-framboise a fonctionné. Comme quoi, il suffit d’un rien pour retourner une mauvaise expérience culinaire.

Prochain défi : le gâteau pour l’école. Cette fois-ci, faut pas que je me loupe.