On prend l'air

Des mongolfières comme on ne les voit jamais.

Partager sur Facebook

Samedi 15 Septembre, grande journée festive pour fêter l’entrée de la Chaîne des Puys au patrimoine mondial de l’UNESCO. Programme de la soirée : 20h « Night Glow », 5 montgolfières gonflées à terre comme d’immenses lanternes.

Je décide donc d’emmener toute ma petite famille voir cet évènement. Après tout, des montgolfières, on n’en voit pas tous les jours et d’aussi près encore moins ! Les guilis sont calés sur le sujet, on a déjà expérimenté la fabrication d’un modèle réduit avec un ballon de baudruche et quelques astuces pour fabriquer la nacelle et bien sûr le détail nécessaire : la fausse flamme sans qui la montgolfière ne pourrait pas s’envoler.

Bref, je suis dans les starting blocks : 18H50, on passe à table et normalement 19h30 on est dans le bolide, ceinture en place et prêts à partir.

Oui, alors là, c’est la version utopique car en vrai tout ne s’est pas tout à fait passé comme prévu. Au moment de partir, les guilis décident de jouer super calmement (pourquoi à ce moment là ?), puis on leur court après pour qu’ils se chaussent et je prends soin d’emporter des doudounes pour affronter le froid (10°) lié à l’altitude. On arrive enfin à la voiture à 20h et là, la priorité était d’analyser tous les éléments d’équipement de la moto du voisin.

Grrrr! J’en ai marre, nous, les adultes, on veut aller rêver et voir ces grosses lanternes… mais nous y croyons de moins en moins.

Finalement, nous arrivons vers 20h30 à la gare ; la luminosité baisse et on peut encore admirer au loin les parapentistes qui se posent les uns après les autres. On voit aussi une jolie guirlande illuminée qui descend du sommet du Puy mais… pas de montgolfière !

C’est normal, elles étaient encore plus en retard que nous ! Chouette !

Et soudain, l’installation de la 1ère commence : un grand ventilateur gonfle la structure et le bruleur s’ouvre quand le ballon est à la verticale. On observe ce délicat équilibre concernant la quantité de gaz : il en faut suffisamment pour que le ballon reste gonflé et pas trop pour éviter son ascension.

La 2ème est mise en place, puis la 3ème (il n’y en aura que 3 finalement). Le spectacle est impressionnant par la taille de ces belles aériennes et par ce joli jeu de lumière faisant clignoter ces lanternes sur des rythmes divers.

La soirée se termine, les enfants sont ébahis, on rentre vite se mettre au chaud puis vient la question remplie de frustration : « Maman, pourquoi on n’a pas pu monter dedans ! »